Flaveurs coquines

Flaveurs coquines
« Flaveurs coquines » conçues par lacréatrice de mode Cléone

Le  porte de Strasbourg, une autre place publique située en contrebas de l’hôtel de ville, est la scène, elle aussi, d’une installation. Moins acrobatique, elle se révèle bien plus coquine. 

Des silhouettes d’acier patiné, suggestives à l’oeil attentif, s’ébattent sur un tapis de
miroirs brisés et complices reflétant les dessous d’élégantes. Elles y jouent de tout leur
corps et offrent leurs faveurs au milieu d’immenses boîtes ouvertes comme autant de
coffrets de friandises. Les senteurs qui s’en échappent enveloppent ces dames de fer
dans les vapeurs parfumées des magnolias et jasmins, des menthes et cosmos chocolat,
des roses anciennes si subtiles…

« Flaveurs coquines » conçues par la créatrice de mode Cléone, est d’ailleurs l’oeuvre d’une femme élégante et éclatante qui aime autant les beaux atours que les jardins.

 Elle métamorphose ainsi, chaque saison, le théâtre de sa maison de La Petite-Pierre où elle présente ses modèles de haute couture mis en scène avec faste et délicatesse dans des décors oniriques.
L’omniprésence de la nature, la nostalgie du passé et l’art contemporain s’y croisent et s’y entrecroisent.

Diaporama : le jardin des sculptures
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Voir aussi :

Diaporama : le jardin des sculptures
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Diaporama : le jardin des sculptures
Cliquez sur l'image pour l'agrandir